les femmes mariées à arequipa

On abandonne nos gros sacs à dos aux mules qui vous nous rendre un grand service, et nous commençons à marcher à 8 heures.
Le lendemain départ pour Llahuar, petit hameau réputé moins touristique (et avec des eaux thermales) que le fameux Oasis de Sangalle qui nest en fait quun amas dhôtels avec piscines beaucoup plus accessible pour la plupart des touristes depuis Cabanaconde, puisque la descente.
Malgré laspect touristique, cest super intéressant de voir comment les Uros vivent (il y a même des poules sur les îles flottantes!
La plupart des tombes ont été pillées.Tant pis, dépités mais pas abattus on se dit quon se rattrapera en Bolivie.Le chef, très pro avec sa toque, dans sa cuisine avec vue.Un couple de français en tour du monde également (hello Sophie et Christophe!La plupart des touristes partent en tours organisés avec guide, mais il y a de nombreux hameaux avec hébergements possible et nous décidons de partir seuls pour 3 jours.Octave ne fait pas le malin!Il fait froid tout est trempé Jéjé ne cesse de répéter quil ne sattendait pas à de telles conditions, et regrette davoir entraînée Cathy (pourtant consentante) dans cette aventure Heureusement, dès que nous commençons à marcher, le soleil brille, le glacier Salkantay et sa neige.Lima fait une centaine de km et on arrive en plein dans les embouteillages Au annuncio donne des roms final nous naurons que 30 min pour changer de bus On presse le chauffeur de taxi qui nous conduit à bon port en temps et en heure!Une tente igloo de trois places rien que pour nous deux, un matelas fin, on saccommode.
Nous arrivons une toute petite heure avant le départ de notre bus juste le temps daller récupérer nos bagages à lauberge et de repartir.




Autre zone assez fascinante, la zone des remèdes et autres potions magiques les foetus de lama à enterrer sous sa maison pour porter chance, les jus de grenouilles faits minute devant soi ( la recette est simple, une grenouille vivante, un mixeur et un peu.Ici cest tranquille, il ny a pas autant de voitures quà Lima et Arequipa, cest donc moins bruyant et pollué.De leur côté, eux ne se privent pas pour nous dévisager et nous sourire Heureusement, on na pas encore eu à partager la banquette avec la Péruvienne typique, en général plus large que haute (ben quoi, on a le droit de se moquer gentiment, non?)!Arrivée à Llahuar en milieu daprès-midi, il y a beaucoup plus de monde que lon pensait.Nous devons dabord remonter jusquà Malata par de petits sentiers verdoyants longeant des ruisseaux, une fois en haut nous nous arrêtons pour une courte pause afin dadmirer la vue et de demander notre chemin.On est peut être pas encore des vieux routards du voyage, mais on nest pas assez naïfs pour leur confier nos passeports comme certains nous les réclament!Pendant les 2h45 (notre bateau est plus que lent, on se demande si nous nirions pas plus vite à la nage) qui nous ramènent à Puno, nous pouvons constater à quel point le Lac Titicaca est immense!Après 8 heures de marche, arrivée au 2ème campement situé à 2900 mètres, dans un cadre bucolique de montagnes, où les poules, chats, cochons se mêlent aux tentes En plus, il fait de nouveau beau, les températures sont plus clémentes, le ciel étoilé est magnifique!
et nous sommes accueillis chaleureusement par les femmes (les hommes travaillent souvent à Puno dans la journée).
Le canyon étant très isolé la population construit depuis quelques mois des voies daccès pour essayer de relier les villages à la partie supérieure du canyon.




[L_RANDNUM-10-999]