je cherche une femme à marier les relations occasionnelles

Aujourdhui, jai honte, je ne veux pas être la femme célibataire qui fait pitié, incapable de je cherche des femmes relation stable se trouver un mec.
Je nai que moi-même pour ressentir du plaisir.Ensuite, elle a toujours eu besoin de lapprobation de nos parents.Il marrivait de dresser la liste de ce qui nallait pas et de conclure : "Maintenant, cest fini!" Jétais dans le tout ou rien, noir ou blanc.Elle a aussi du mal à se remettre de sa rupture.Avec la thérapie, jai appris à être moins violente dans mes réactions.Je me donne du plaisir seule, je connais mon corps (rires donc cest bien.
Mais ça doit exister, la preuve : mon premier amour.
Si un homme la déçoit pour une broutille, cest très vite : "A dégager".




Jaimerais rencontrer un homme qui ne sévanouit pas quand je lui parle de Mésopotamie (ma passion) et qui se questionne : "Pourquoi je suis là?" En bref, un intello pas coincé qui va en soirée électro et qui écoute aussi du Wagner!Je nai pas de problèmes pour séduire les garçons, mais sur la durée, ça ne marche conseils pour les couples de rencontres chrétien pas.Un jour, ça moppressait tellement que jai avalé un tube de cachets.Aujourdhui, je ne vois pas dissue.Le paradoxe, cest que je suis entourée dhommes dans mon travail.Dailleurs, cest presque toujours moi qui ai quitté.
Je crois quelle ne voit même pas les hommes qui se montrent intéressés.
(Ses yeux se voilent.) Je perds de plus en plus confiance en moi et, en plus, je crois que je ne saurais plus faire lamour si je rencontrais un homme.


[L_RANDNUM-10-999]