femmes à la recherche pour le mari dans de panama

Le témoignage de Sandrine, 30 ans, femme célibataire depuis six mois.
En fait, au fil du temps, ils ne massument pas : joccupe beaucoup lespace, je suis bavarde, jaime les discussions qui durent des heures.
Cest un sujet qui est encore tabou.Comme expliqué plus haut, une baisse de la sexualité entraîne parfois ladultère chez les femmes.«Jai réalisé que jétais dans une relation où je ne pouvais pas maffirmer, alors jai décidé dy mettre un terme.décrypte avec malice la New-Yorkaise Sheila Levine(1) pour justifier son célibat forcé.Ce nest pas que je recherche la même chose, mais.A contrario, quand une femme trompe, on dit quelle est frivole (si ce nest pire).Lorsquon parle dinfidélité, on a tendance à penser aux hommes.




Aujourdhui, jai honte, je ne veux pas être la femme célibataire qui fait pitié, incapable de se trouver un mec.Un chiffre assez marquant qui montre que les femmes ne se sentent pas si coupables dun adultère.Dans «Sheila Levine est morte et vit à New York de Gail Parent (éd.Je suis même devenue méfiante.Et encore moins la raison pour laquelle elles lont fait.(Ses yeux se voilent.) Je perds de plus en plus confiance en moi et, en plus, je crois que je ne saurais plus faire lamour si je rencontrais un homme.Quant à nous tourner vers les «déjà pris il faut avoir le goût du risque.Peut-être leur fait-elle peur : jolie, intelligente, elle a son caractère.On remarque quaprès une infidélité, seules 7,2 des femmes se sentent coupables.Je nai pas peur daimer, mais jai peur daimer à sens unique, de ne pas reconnaître un manipulateur, et que lamour redevienne le puits où je suis tombée il y a huit ans.
«Sandrine cherche lamour avec un grand A, un homme brillant et beau.


[L_RANDNUM-10-999]